L’UL de Nancy à Bobigny ont soutenu leurs camarades d’Air France : les photos !

Le 27 septembre, l’UL de Nancy toujours au front de l’action, a organisé un bus pour monter à Bobigny afin de soutenir les camarades d’Air France, injustement incriminés pour avoir défendu leurs emplois.

les courageux camarades se sont levés à l »aurore et ont pu participé à une manifestation géante devant le tribunal de Bobigny.

« RELAXE ET REINTEGRATION IMMÉDIATE DES 16 D’AIR FRANCE »

« DÉFENDRE L’EMPLOI N’EST PAS UN CRIME ! »

« PAS DE CONQUÊTES SOCIALES SANS LIBERTÉS SYNDICALES »

 

img_4577img_4578bobigny-2709-4bobigny-2709-1 bobigny-2709 img_4579img_4581img_4580img_4582bobigny-2709-2 img_4584 img_4585

Contre la chasse aux sorcières, tous ensemble le 27 et 28 septembre à Bobigny pour soutenir nos camarades d’AIR FRANCE

Fait sans précédent sous un gouvernement dit « de gauche »: dans l’affaire des chemises d’Air France et contre l’avis de l’inspecteur du travail, la ministre du travail, Mme El Khomri autorise le licenciement en pleine période estivale (quel courage !) de Vincent Martinez délégué syndical CGT

Cette décision lourde de sens prouve encore une fois la chasse aux sorcières à l’encontre de notre organisation syndicale et la volonté d’instaurer un climat de peur contre quiconque oserait contester un système ultralibéral au profit du MEDEF et de ses serviteurs.

La CGT condamne toutes ces tentatives de répression et  de criminalisation de l’activité syndicale visant à museler la moindre velléité de s’opposer au plan de démantèlement du code du travail, ou à l’ objectif de licenciements organisés dans de nombreuses entreprises…

« Courbez l’échine, travailleurs, suez, souffrez en silence et acceptez votre triste sort, nous décidons et vous obéissez ! » voilà le slogan du MEDEF appuyé dans  ce projet funeste par un gouvernement complice.

CHIEN CHIEN

A ce message de servitude, la CGT répond par un vent de contestation et de solidarité partout où les salariés seront attaqués injustement.

Tous ensemble, nous devons soutenir le 27 et 28 septembre les 16 salariés d’AIr France injustement incriminés pour vouloir défendre leurs emplois.

Certains de ces camarades encourent des peines allant jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros, faisons bloc derrière eux et soutenons-les devant le tribunal de grande instance de Bobigny.

RELAXE DES 16 D’AIR FRANCE !

A cette occasion, la CE de  l’ UL CGT  se réunira début septembre pour décider des modalités de participation à cette manifestation. Nous reviendrons vers vous pour vous permettre de vous inscrire en nombre.

Prémisses de la loi Macron: Inspectrice du travail trainée devant les tribunaux pour avoir fait son travail

L’ul apporte son soutien à Laura Pfeiffer, inspectrice du travail citée à comparaître devant le tribunal correctionnel d’Annecy pour recel et violation du secret professionnel suite à une plainte déposée par l’entreprise TEFAL.

Mais qu’à donc fait cette inspectrice pour en arriver là ?

Elle a eu outrecuidance de faire son travail et de relever des infractions au droit du travail dans l’ entreprise TEFAL.

Au lieu d’être soutenue par sa direction, elle a été discréditée, humiliée et même isolée à la demande de cette entreprise , le tout sous la surveillance des renseignements généraux.

La violence de la pression exercée et l’impossibilité de poursuivre son contrôle en direction de l’entreprise TEFAL ont eu de graves conséquences de santé pour Laura traduites par plusieurs mois d’arrêts maladie.

Elle a saisit la CNIT qui a reconnu ces pressions exercées par l’entreprise TEFAL et l’absence de réaction voir la complaisance de sa hiérarchie.

Malgré cela, TEFAL traîne aujourd’hui Laura PFEIFFER devant le parquet pour avoir oser faire son travail et dénoncer les manquements de cette entreprise en droit du travail.

Motion de Soutien de l’Union locale de Nancy à l’inspectrice du travail Laura Pfeiffer.

L’Union locale CGT de Nancy apporte son soutien plein et entier à Laura Pfeiffer, inspectrice du travail de Haute-Savoie, face aux attaques dont elle fait l’objet de la part de la direction de TEFAL, avec le soutien de sa propre direction et de l’Etat, pour n’avoir fait que son travail : faire respecter le droit du travail. D’autant plus dans le contexte actuel, ces attaques contre une inspectrice du travail est une attaque contre l’ensemble des inspecteurs et contre leurs missions.

De ce fait, plus largement, c’est l’ensemble des salariés qui est concerné. Les agissements de la direction de TEFAL, mais aussi de la direction du travail et à travers elle celle de l’Etat au moment où le code du travail est attaqué par les lois Macron et Rebsamen, est symptomatique de cette volonté du patronat de détruire tous les acquis et garanties des salariés, de dégrader les conditions de travail et d’écraser sous leur talon de fer toute forme de protection légale et de résistance syndicale.

L’Union locale CGT de Nancy exige que ces agissements et agressions caractérisés stoppent immédiatement et que la direction de TEFAL laisse Laura Pfeiffer faire son travail sans pression aucune. Nous exigeons que les poursuites à l’encontre de cette inspectrice du travail soient immédiatement abandonnés.

C’est pourquoi l’Union locale CGT de Nancy exige :

  •  Le soutien public, ferme et entier, de M. Rebsamen à l’inspectrice du travail Laura Pfeiffer ;
  •  La condamnation publique des agissements de l’entreprise TEFAL à l’encontre de cette inspectrice ;
  • Qu’il se prononce pour l’abandon des poursuites pour recel et violation du secret professionnel ;
  •  Le rappel public du principe d’indépendance des agents de contrôle par M. Rebsamen ;
  •  Qu’il adresse un courrier à Mme Taubira, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, condamnant les déclarations publiques à la presse du procureur d’Annecy qui voit dans ce procès l’occasion d’un rappel à l’ordre pour le corps des inspecteurs et « une occasion de faire le ménage » à l’inspection du travail !
  •  La protection fonctionnelle immédiate pour Laura Pfeiffer ;
  •  La reconnaissance des arrêts de travail de Laura Pfeiffer comme accident de service.