200 camarades ont soutenu Pascal THEIS convoqué au commissariat, non à la criminalisation de l’action syndicale !

200 personnes pour soutenir le Pascal THEIS après une action contre Linky

Suite à une plainte d’Enedis après une action menée en février, un leader syndical de la CGT a été convoqué par la police. En réaction, près de 200 personnes se sont rassemblées devant le commissariat de Vandœuvre ce mercredi matin.

 

Le 16 février dernier, la CGT Energie de Meurthe-et-Moselle Sud, procédait à la «déconnexion» d’une vingtaine de compteurs Linky sur la région nancéienne. La CGT a voulu dénoncer les conditions de travail des prestataires de services qui installent les compteurs». Les manifestants avaient déconnecté les « modems » empêchant ainsi de relever les compteurs ou de les couper à distance.

Pascal Theis, secrétaire général, de la CGT Energie du Meurthe-et-Moselle a donc été entendu par la police ce mardi, dans le commissariat de Vandœuvre-lès-Nancy. Pendant l’audition, près de 200 agents, chasuble fluo et drapeaux rouges, se sont rassemblés devant le bâtiment pour dénoncer cette « tentative de criminalisation de l’action syndicale » qui vise à intimider les travailleurs et les syndicalistes ». « Ce n’est jamais anodin. Il y a le précédent Goodyear», explique Franck Travestari, secrétaire adjoint de la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT qui a fait le déplacement pour soutenir Pascal Theis.

« Nous ne comprenons pas l’attitude de la direction régionale alors que la direction nationale estime que le mouvement s’est bien passé localement ». « Un zèle inutile » a commenté Pascal Theis, après l’audition. « C’est une attaque politique contre la CGT ! », renchérit Pascal Debay secrétaire général de la CGT 54 Ils ont franchi une ligne rouge. Mais on ne se laissera pas faire ! »

NON A LA CRIMINALISATION DE L’ACTION SYNDICALE !

TOUS DERRIERE NOTRE CAMARADE PASCAL THEIS !

Appel à soutenir notre Camarade Pascal Theis Secrétaire Général du Syndicat CGT Meurthe et Moselle Sud

Pour lire le tract, cliquez ici : ACTION DU 3 mai 2017 ENERGIE Meurthe et Moselle sud 

Aux sections syndicales

 

La lutte continue dans les IEG. 

Les employeurs des IEG ont lâché sur plusieurs revendications nationales et  locales des salariés, mais rien sur le SNB, ni sur les pensions, pour autant, avant les prochaines rencontres de négociations lors des CPB du 4 mai et 21 juin 2017, plusieurs employeurs portent plainte contre X en dénonçant les Secrétaires Généraux des syndicats CGT.
C’est le cas de Pascal THEIS, Secretaire Général du Syndicat CGT Meurthe et Moselle sud qui est convoqué par la police, le 3 mai 2017 dans le cadre des actions du début d’année.

Effectivement, depuis le 17 Janvier, les salariés et les retraités accompagnés par la CGT sont dans l’action afin de revendiquer la défense de leur pouvoir d’achat, l’arrêt des suppressions d’emplois dans le cadre des réorganisations des entreprises des IEG et le nouveau financement des activités sociales.

Sur la région nancéienne, les 17, 31 Janvier et 16 février 2017, les syndicats CGT accompagnés par les salariés ont organisé plusieurs actions de blocage de site, de rencontres des employeurs ou opérations de reprises en main de l’outil de travail dans le cadre d’actions médiatisées par les médias locaux sur les revendications nationales et locales des salariés.

Les syndicats CGT de la Fédération Nationale des Mines et Energie, dans le cadre du renforcement de l’action, ont organisé les blocages des sites de SERVAL sur le territoire national, dés le mardi 21 février 2017 avec la reconduction du mouvement de journée en journée.

Les syndicats des trois régions de l’Est ont décidé de maintenir le blocage du site de SERVAL à CHAMPIGNEULLES  jusqu’au 7 mars 2017 afin de peser sur les revendications salariales nationales ainsi que sur les revendications en local en sollicitant les employeurs des IEG sur Nancy.

Nous revendiquons le retrait de toutes les plaintes déposées par les employeurs,
La réouverture des négociations sur le salaire national de base.
Les profits pour les salariés, c’est maintenant !!!
L’avenir des entreprises, l’emploi, les activités sociales des Electriciens et Gaziers sont aussi d’actualité.
La balle est dans le camp des employeurs, le retour à la normale ne tient qu’à leur capacité à répondre concrètement au mécontentement et inquiétudes des salariés, des retraités et usagers de l’Energie.
Les mardis se suivent et la colère ne faiblit pas !!!

Les syndicats CGT ENERGIE Meurthe et Moselle sud et UFICT 54 appellent les salariés électriciens et gaziers, actifs et inactifs, le mercredi 3 mai 2017, à organiser des barrages filtrants et à interpeller en grève, les représentants des employeurs sur chaque site de travail, sur les revendications locales et au retrait des plaintes, mais aussi à rejoindre le blocage du site d’ENEDIS de CATTENOZ à villers les Nancy, siège de la DR Lorraine.

Nous appelons à accompagner et soutenir  Pascal THEIS, le Secretaire Général du syndicat CGT Meurthe et Moselle sud, lors de sa convocation à 8H45, le mercredi 3 mai au Bureau de police situé au 1 rue de parme à Vandoeuvre les Nancy.

Cette action doit créer le rapport de force afin d’imposer aux employeurs d’allouer les financements et moyens à la hauteur des besoins des électriciens et gaziers, de porter les revendications des salariés et retraités de l’énergie du bassins Nancéens concernant la baisse du pouvoir d’achat, les conditions de travail et l’impact sur l’emploi des différentes réformes des organisations de travail, mais aussi de ne pas laisser les employeurs attaquer le syndicat CGT.

Lorsqu’un militant CGT est attaquée, c’est toute la CGT qui est attaquée !

 

TOUS DANS LA LUTTE
POUR NE PAS PERDRE UN CENTIME,
POUR GAGNER SUR LE SNB,
POUR QUE LES CONDITIONS D’EXERCICE DE
NOS MISSIONS DE SERVICE PUBLIC NE COUTENT PAS
AUX FAMILLES DES AGENTS.

ACTION du 03 Mars 2017 ALERTE SOCIALE des syndicats CGT ENERGIE MMs et UFICT 54 Renforcement de l’action revendicative dans les IEG.

Pour lire le tract, cliquez ici : ACTION DU 3 mars 2017 ENERGIE Meurthe et Moselle sud

  ACTION du 03 Mars 2017

ALERTE SOCIALE

des syndicats CGT ENERGIE MMs et FICT54


Renforcement de l’action revendicative dans les IEG.

Depuis le 17 Janvier, les salariés et les retraités accompagnés par la CGT, sont dans l’action afin de revendiquer la défense de leur pouvoir d’achat, l’arrêt des suppressions d’emplois dans le cadre des réorganisations des entreprises des IEG et le nouveau financement des activités sociales.

Sur la région nancéenne, le 17, 31 Janvier et 16 février 2017, les syndicats CGT accompagnés par les salariés, ont organisé plusieurs actions de blocage de site, de rencontres des employeurs ou opérations de reprises en main de l’outil de travail (déconnection des compteurs LINKY), dans le cadre d’actions médiatisées par les médias locaux sur les revendications nationales et locales des salariés .

LES EMPLOYEURS n’ont rien pris en compte des revendications des salariés soit nationalement, soit localement.

Les syndicats CGT de la Fédération Nationale des Mines et Energie dans le cadre du renforcement de l’action, ont organisé les blocages des sites de SERVAL sur le territoire national, dés le mardi 21 février 2017 avec la reconduction du mouvement de journée en journée.

La FNME-CGT a demandé depuis plusieurs jours l’ouverture d’une négociation avec les Employeurs de la branche des Industries Electriques et Gazières mais à ce jour, cette demande reste sans réponse.

Ce mépris des employeurs envers les salariés de l’Energie dans l’action depuis 1 mois est intolérable !!!

Les syndicats des trois régions de l’Est ont décidé de maintenir le blocage du site de SERVAL à CHAMPIGNEULLES depuis le 24 février 2017 afin de peser sur les négrevendications salariales nationales ainsi que sur les revendications en local, en sollicitant les employeurs des IEG sur Nancy.

A ce jour, peu de réponses aux revendications légitimes des salariés du bassin d’emplois nancéen.

Dans ce contexte, les syndicats Energie Meurthe et Moselle sud et UFICT 54 ont reconduit le blocage du site de SERVAL jusqu’à la journée d’action nationale unitaire du 7 Mars 2017.

La réouverture des négociations sur le salaire national de base.

Les profits pour les salariés, c’est maintenant !!!

L’avenir des entreprises, l’emploi, les activités sociales des Electriciens et Gaziers sont aussi d’actualité.

La balle est dans le camp des employeurs, le retour à la normale ne tient qu’à leur capacité à répondre concrètement au mécontentement et inquiétudes des salariés, des retraités et usagers de l’Energie.

Les mardis se suivent et la colère ne faiblit pas !!!

Les syndicats CGT ENERGIE Meurthe et Moselle sud et UFICT invitent les salariés actifs et inactifs à rejoindre le blocage du site de SERVAL à Champigneulles, dès ce vendredi 3 mars et jusqu’au Mardi 7 mars 2017.

Cette d’action doit créer le rapport de force afin d’imposer aux employeurs d’allouer les financements et moyens à la hauteur des besoins des électriciens et gaziers, mais aussi de porter les revendications des salariés et retraités de l’énergie du bassins Nancéens concernant la baisse du pouvoir d’achat, les conditions de travail et l’impact sur l’emploi des différentes réformes des organisations de travail.

Dernière minute :

Comme tous les agents ont pu s’en apercevoir le taux de cotisations d’assurance vieillesse est passé de 12,48 % à 12,63% pour tous les salariés.

TOUS LES AGENTS DES IEG ONT DONC CETTE ANNEE PERDU 0,15% DE POUVOIR D’ACHAT.

TOUS DANS LA LUTTE

POUR NE PAS PERDRE UN CENTIME,

POUR GAGNER SUR LE SNB,

POUR QUE LES CONDITIONS D’EXERCICE DE

NOS MISSIONS DE SERVICE PUBLIC NE COUTENT PAS

AUX FAMILLES DES AGENTS.

La CGT Energie en tournée de déconnexion !

Nouvelle action dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 février pour la CGT Energie de Meurthe-et-Moselle Sud, qui a procédé à lé déconnexion d’une vingtaine de compteurs Linky sur la région nancéienne.

Action symbolique sans conséquence sur les consommateurs. Le courant n’est pas coupé mais impossibilité pour la société Enedis, filiale du groupe EDF de relever les informations de ces compteurs.

Bilan des actions du 31 janvier de nos camarades gaziers et électriciens

Barrage filtrant des sites de travail et reprise en main de l’outil de travail sur la Meurthe et Moselle sud

Ce matin, dès 6 h, à l’appel du syndicat CGT Meurthe et Moselle sud, plusieurs sites de travail gaziers et électriciens ont été bloqués par les agents actifs et inactifs, tout en organisant un barrage filtrant permettant d’assurer le service public concernant la sécurité des citoyens et des biens de la région nancéenne.

Par ces faits, les salariés en grève et les retraités ont repris en main l’outil de travail, dans le cadre de la journée d’action unitaire et professionnelle concernant leurs revendications.

Des taux de grévistes de l’ordre de 53 % ont été constaté par nos différents employeurs des IEG, allant jusqu’à 80 % sur certain site ou entreprise du bassin nancéen.

Une présence importante des salariés sur les différents blocages, comme le site d’HEILLECOURT (ENEDIS et GRDF), du GRT GAZ à Laneuveville et de STORENGY à Cerville ont permis à ceux-ci de s’exprimer devant différents médias, comme « radio activité », France bleu Lorraine, FR3 et RTL sur leurs revendications salariales à la baisse, mais aussi sur les suppressions d’emplois et de sites suite aux réorganisations d’entreprises (ex : zone élémentaire de première intervention gaz). D’ores et déjà certains médias ont pris rendez-vous avec les employeurs afin d’avoir un échange sur les prochaines réorganisations de nos entreprises impactant les citoyens, sans que ceux-ci soient informés.

VIVONT HEUREUX, VIVONT CACHES

La suspension de l’action a été décidée en Assemblée Générale avec les syndiqués, les salariés et retraités sur chaque site à l’issue de la journée de lutte et de grève, en prenant en compte la réunion des secrétaires généraux des syndicats CGT prévue le 2 février 2017 (point sur la mobilisation et de la coordinations des prochaines luttes), mais aussi dans l’attente des positions des employeurs et gouvernement qui seront prises en fin de semaine suite à la négociation de ce jour.

Pour autant, les salariés avec la CGT sont très mobilisés et s’entendent à durcir le mouvement dans la durée et sur la reprise en main de l’outil de travail (coupures gaz et coupures élec dès la semaine prochaine si les employeurs ne répondent pas favorablement à leurs revendications salariales et locales.

Le Syndicat CGT Energie Meurthe et Moselle sud se tient à la disposition des employeurs pour toutes rencontres dans le cadre du cahier revendicatif local des électriciens et gaziers.

Les agents ont en marre de la « négociation à froid », il est temps de passer à la  « négociation à chaud  » !

le Syndicat UFICT-CGT Energie 54 appelle à deux temps forts

 

Négociations activités sociales,

la mobilisation empêche les employeurs de passer en force.


La CGT vous appelle à 2 nouveaux temps forts :


– le Jeudi 26 Janvier sur les Activités Sociales et leur Financement :

Les employeurs proposent d’allouer moins de 390 M€ aux activités sociales contre plus de 499 M€ en régime de croisière (1% du chiffre d’affaires). Après 0% d’augmentation du SNB, ils sont décidemment dans une phase de générosité démentielle.

La CGT, à laquelle les salariés ont renouvelé depuis des décennies leur confiance pour la gestion de la CCAS, entend défendre le modèle social unique constitué par la CCAS et continuera à proposer des évolutions pour répondre aux attentes des bénéficiaires actifs et inactifs.

En effet, l’Action avec Grève du 17 Janvier et l’Action Militante (Rassemblement à Paris) du 19 Janvier, ont contraint les Employeurs à revoir leur copie et à poursuivre les négociations qu’ils souhaitaient conclure avec des propositions inacceptables (notamment la baisse de 100 M€ du financement), le Gouvernement ayant nommé un médiateur et mis en place un « plan de facilitation flash » de 10 Jours.

Le syndicat Ufict-CGT Energie 54 vous invite, le Jeudi 26 Janvier,

à maintenir la pression du Personnel sur ces Négociations

en étant en grève (code 52) a minima 1 heure.

– le Mardi 31 Janvier sur le Salaire National de Base(S.N.B.), avec les 4 autres Organisations Syndicales (FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC), S.N.B. que les Employeurs des I.E.G. ont décidé de geler brutalement.

De plus, les différentes Entreprises des I.E.G., et notamment EDF SA, rajoutent à ce gel du S.N.B. la baisse drastique des Taux d’Avancements au Choix et de Reclassement au Titre du Professionnalisme.

Cette Politique Salariale peut devenir une habitude… à moins que les Salariés se fassent  entendre !

Pour accéder au tract, cliquez ici : Tract Ufict 26 et 31 janvier

Liens