CGT FAPT 54 : La CGT s’oppose à l’accord sur les conditions de travail et sur l’évolution des métiers de la distribution et des services

Pour lire le tract, cliquez ici : Tract sur la non signature de l’accord                                                                                                                                                                             FEVRIER 2017

ACCORD SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET SUR L’EVOLUTION DES METIERS DE LA DISTRIBUTION ET DES SERVICES

LA CGT S’OPPOSE À CET ACCORD NOCIF

ET APPELLE LES POSTIERS

À SE MOBILISER DANS TOUS LES MÉTIERS

Les signataires (CFDT, FO, CFTC et CGC) doivent s’expliquer auprès des collègues.

Comment ont-ils pu signer un texte aussi mauvais et aussi destructeur pour les agents. Cela, sans même les consulter et leur demander leur avis ?

Une honte ! ! !

                La CGT, après avoir consulté l’ensemble de ses syndicats départementaux, l’ensemble de ses syndiqués et des dizaines de milliers de postières et postiers, a décidé de ne pas signer l’accord, de faire valoir son droit d’opposition et demande la réouverture immédiate d’une réelle négociation portant sur l’emploi, les conditions de travail et les salaires, cela dans tous les métiers du groupe.

5 points, parmi d’autres, qui démontrent qu’il faut combattre cet accord !

Un accord qui piétine la démocratie

CFDT, FO, CGC et CFTC qui ont signé l’accord représentent moins de 50 % des voix aux élections professionnelles. Comment une minorité peut-elle imposer ses choix ? Com­ment au 21ème siècle, une entreprise comme La Poste peut-elle encore être un lieu où la démocratie ne s’exerce pas ?

     Un accord qui fait baisser les salaires

et le pouvoir d’achat des facteurs

Les facteurs vont perdre de l’argent (les 200 €uros de prime pour passer en méridienne ne compenseront ni les 20 minutes de travail supplémentaires, ni la perte de l’indemnité de collation). Le passage en 1.3. pour quelques milliers d’agents ne va même pas compenser les différentes pertes de pouvoir d’achat subies par les facteurs avec le gel du point d’indice pendant de longues années et les 0 % d’augmentation de l’année dernière. Le 2.1. doit être le minimum.

                  Un accord qui va casser la vie

privée et familiale

Cet accord va casser encore plus les régimes et les rythmes de travail (tournées sa­coches, mixte avec coupure méridienne obligatoire, adaptation des horaires à l’activité). Dans ces conditions, impossible d’organiser sa vie familiale et ses activités.

       Un accord qui va accroître la sécabilité,

                             l’auto-remplacement et la flexibilité à tous les postes

La sécabilité est gravée dans le marbre et cerise sur le gâteau, 30 jours de sécabilité inopinée vont être imposés sans compensation ! ! !

Ce qui pourrait apparaître comme une limite de 30 jours est un leurre puisque La Poste la conditionnerait à l’annulation des repos de cycle sur les périodes qu’elle prétendra faibles. C’est un pas majeur dans le sens de la modulation/annualisation du temps de travail.

Derrière les promotions se trouve l’éclatement des métiers et des péri­mètres. Le passage en I.3 sera favorisé à condition de devenir facteur po­lyvalent et donc de ne plus être titulaire de son quartier. Les Facteurs d’Équipe et Facteurs Qualité pourront être conduits à exercer sur plu­sieurs sites, voire plusieurs départements. Pour les encadrants, après leur redéploiement, ils pourront être amenés à reprendre la sacoche pour faire de la distribution.

       Un accord qui va mettre un terme à la

                               règle des deux ans entre deux réorganisations

Les réorganisations vont être permanentes avec possibilité (quand la Loi Travail va s’appliquer à La Poste) d’ajuster l’organisation au trafic avec, reprise des emplois, modifications des horaires et des rythmes de travail.

Les promoteurs de cet accord vous avoueront ils qu’en fait d’amélioration des conditions de travail, il est question par exemple, d’étendre la limite des tournées VAE à 30km contre 20km aujourd’hui ?

Enfin dernier point et non des moindres, la vente des quartiers déjà large­ment attaquée par « Facteur d’Avenir » va l’être encore plus. De nombreuses tournées seront d’office retirées de la vente. Ainsi, La Poste touche du doigt son rêve : en finir avec les titulaires de quartier.

 

CGT FAPT 54 : Résultat de l’expertise suite à la réorganisation de Nancy Lobau et de Nancy Sud

fapt

Réorganisations de Nancy Lobau et de Nancy Sud PPDC :

Les conclusions de l’expertise confirment les analyses de la CGT

Pour La Poste, les projets de Lobau et de Nancy Sud s’inscrivent dans le rythme des réorganisations tous les 2 ans qu’elle a mis en place unilatéralement.

La DSCC Lorraine, en quête de profits immédiats utilise donc ces réorganisations :

– Sur Lobau,  pour supprimer de l’emploi : 17 positions de travail, et revendre le terrain

– Sur Nancy Sud, pour transférer des services vers la PIC Lorraine, malgré l’annonce faite que Nancy Sud ne serait pas impactée

Une volonté de rentabilité à court terme sans aucune préoccupation de l’avenir, de la santé des agents et de l’amélioration du service public postal.

La CGT FAPT a, dès le début, fait part de son opposition à la fermeture du site de Lobau en raison de la proximité avec le centre-ville, tant pour les usagers que pour les agents, de la visibilité de La Poste dans l’espace urbain de Nancy, de la dégradation des conditions d’accueil du public, de l’isolement de certaines futures positions de travail, et de la dispersion des facteurs sur 10 sites différents, de la problématique de la fusion des 2 établissements, des problématiques d’accueil sur Nancy Sud, des risques de position « doublonnées » et des conséquences pour les agents concernés…

Les personnels et la CGT, dans la recherche de l’unité syndicale, ont portés les inquiétudes, les risques, les dangers de cette réorganisation. Les perspectives d’un service public postal amélioré dans l’intérêt des populations, la recherche de l’amélioration des conditions de travail des postier(e)s  du site ont été le leitmotiv des représentants CGT face à la volonté de la direction postale d’introduire la pause méridienne, la distribution sacoche, l’allongement des tournées, … dans l’opacité et un manque de communication et d’information total.

Témoigne de ce manque de  communication, l’annonce, ces derniers jours, du transfert du service S3C de Nancy Sud vers la PIC Lorraine, sans information consultation des organisations syndicales dont la CGT, 1ère organisation syndicale sur les sites de Nancy Lobau et Nancy Sud.

Même l’action des personnels, par la grève, a été peu prise en considération comme en a témoigné la mise en place d’huissiers ou le recours au Tribunal de Grande Instance. Pour quel coût financier ?

Malgré tout, cette mobilisation massive des postières et postiers de Lobau soutenus par ceux de Nancy Sud, a contribué à limiter le nombre de suppressions de travail, le nombre de positions avec pause méridienne, à maintenir des travaux intérieurs sur les tournées « Distri Liv » et à mettre en place un accompagnement financier.

I – Une expertise, pour quoi faire ?

Pour toutes les raisons expliquées ci-dessus, les membres du CHSCT avaient demandé le retrait du projet.

Face à l’obstination de La Poste de mettre en place cette réorganisation dans l’urgence, les membres des CHSCT de Nancy Lobau et de Nancy Sud PPDC (dont 6 sur 8 de la CGT), ont considéré que le peu d’informations transmises ne permettaient pas de remplir leurs missions correctement dans l’intérêt de leurs collègues.

C’est pourquoi une demande d’expertise (par un organisme indépendant agréé par l’Etat)  a été votée pour démontrer, à la direction, la nocivité de son projet et répondre aux interrogations suivantes :

  • Manque d’information et de transmission des dossiers
  • Très fortes dégradations (horaires, rythmes de travail,…)
  • Aggravation des risques routiers
  • Allongement du temps de transport
  • Pause méridienne non rémunérée
  • Elargissement de l’amplitude de travail (11 h maximum prévu par la loi)
  • Augmentation de la durée et des kms des tournées
  • Introduction de tournées de distribution tardive
  • Risques psycho-sociaux : isolement des agents
  • Perte de tournées pour des seniors
  • Changement de rythme de travail, des collègues, de hiérarchie et de lieu de travail
  • Stress avec nouvelles organisations (Liv, diss)
  • Impact sur le pouvoir d’achat (véhicule, frais de grade)
  • Informations sur le découpage des sécables
  • Mobilité des cadres et services supports
  • Absence de rencontre avec médecin
  • Déplacement des rouleurs sur plusieurs sites
  • Inquiétude des personnels de Nancy Sud sur leur activité, sur leur avenir suite à la fusion des 3 établissements.

Dès la mise en place de cette expertise, qui a permis à de nombreux collègues de s’exprimer, les représentants CGT ont toujours signifié le caractère suspensif de l’expertise sur la réorganisation et ont toujours précisé que l’expertise n’arrêterait pas la réorganisation qui est du domaine de l’employeur.

II – Ce que dit l’expertise ?

  • Impact majeur sur les emplois et les métiers
  • La pause méridienne provoque une augmentation importante de l’amplitude de travail.
  • Impossibilité, en raison du trafic de prendre la pause méridienne aux heures creuses. Tout particulièrement pour les rouleurs et pour ceux qui effectuent une collecte à une heure précise.
  • Période difficile et stressante due à la mise en place du projet et qui donne lieu à une forte inquiétude sur l’emploi et les conditions de travail futurs.
  • Très peu de personnes sont en mesure de se projeter dans l’avenir en raison d’une communication défaillante.
  • Etat de démotivation, de déception et de mal être chez les agents avec un sentiment de manque de reconnaissance.
  • Risques importants de troubles psycho-sociaux et augmentation du taux d’absentéisme et d’arrêts prolongés.
  • Perte de repères professionnels et personnels.
  • Absence de rencontre, de dialogue et de communication de l’employeur
  • L’employeur doit faire en sorte que le personnel dispose d’un cadre de travail adapté à sa fonction et aux aménagements nécessaires. Ces locaux doivent être aménagés de façon à garantir la sécurité des agents.

III – Quelles suites ?

Tout d’abord l’expertise, par ses conclusions, accentue la responsabilité pénale de l’employeur, dès lors qu’un accident démontrerait le rejet de la prise en compte des préconisations.

En outre, des échos, des « on dit », laissent entendre que le coût de l’expertise provoquée par les non réponses de La Poste aux membres du CHSCT, aurait un impact direct sur le budget dédié à la vie au travail.

Provocation et/ou volonté de discrédit, ces mêmes échos en feraient porter la responsabilité à la CGT FAPT.

La CGT FAPT demande que le coût de cette expertise soit mis en parallèle avec les bénéfices du Groupe La Poste (424 millions d’euros au 1er semestre 2015), l’augmentation des dividendes des actionnaires (172 millions d’euros, soit 1 million de + qu’en 2014), les parts variables attribuées aux cadres supérieurs, les profits réalisés par la suppression de positions de travail, les contrats passés avec les huissiers, …

Les représentants CGT continuent lors de bilatérales, audience et réunions institutionnelles (CHSCT, Comité Technique, …) de porter d’autres choix, de proposer des améliorations des conditions de travail, de chercher à réduire les effets néfastes du projet, de travailler à supprimer la pénibilité.

Plutôt que de supprimer des positions de travail, d’allonger l’amplitude horaire, de porter la durée hebdomadaire de travail à 42 h en 5 jours, ne serait-il pas plus opportun de porter le temps de travail à 32 h par semaine en jour, sans réduction de salaire, favorisant ainsi le partage du travail par la création d’emplois, la réduction de la pénibilité. 80 ans après les 40 h « impossibles » de 1936, exigeons les 32 h en 2016 !

Les représentants CGT ne seront pas les VRP du projet de la boîte, projet dangereux pour les personnels (en terme de santé physique et mentale, de pénibilité, …) pour l’entreprise (en terme d’image, de qualité de service), pour le service public postal (en terme de proximité, de facilités d’accueil pour le public, …).

Les représentants CGT resteront très vigilants sur la mise en place du projet et ses conséquences, sur d’éventuelles pressions hiérarchiques, sur tout dépassement d’horaire et augmentation de la pénibilité, de dégradations des conditions de travail, …

Enfin, c’est par la mobilisation de chacun(e), l’engagement syndical de tous, que les représentants CGT porteront plus forts vos revendications.

 

Ne baissons pas les bras … mobilisons-nous ! !

Pour lire le tract  de la FAPT, cliquez ici TRACT Lobau suite à expertise