NAO Connex : Bel exemple de lutte réussie

N.A.O 2015 : 1 % d’augmentation dès janvier !

nao

nao2

Le groupe Transdev nous a changé le directeur pendant les NAO. L’aurait-il fait exprès pour casser les négociations ? C’est sûr. Il pensait peut-être, comme on était calme depuis quelques années, que nous ne bougerions pas.

C’est quand même mal nous connaitre, et on a horreur qu’on nous prenne pour des imbéciles

  1. Huard, notre ancien directeur avait commencé en nous proposant un petit 0,6 % début janvier. Quelques jours plus tard, le nouveau directeur prend le relais. Il nous propose dans sa grande générosité 0,4 % en juillet, soit 0,2 % pour l’année. Quelle ne fût pas notre surprise !

    En plus avec plein d’aplomb il nous dit «  je vous augmente la prime de non accident de 50€ à l’année et la prime de dimanche de 4€ ». Puis il continue son explication sur la conjoncture pendant plus d’une heure pour essayer de nous endormir.

Nous lui faisons constater que le contrat qu’ils ont signé avec la CUGN était très mal négocié, il n’y a que des avantages pour la CGUN et que nous, les ouvriers, nous n’étions pas responsables des pertes que le groupe subit. Nous, nous faisons tout notre travail au mieux, du coup cela mérite des efforts de leur part pour nos salaires.

Quelques jours plus tard, il est revenu avec de nouvelles propositions : 0,7 % et 0,1 % en septembre. Nous lui avons dit que nous ne voulions pas de zéro devant la virgule. Il n’a pas voulu nous entendre, donc nous avons déposé le préavis de grève le vendredi 11 décembre.

Le week-end  passé, il nous programme une dernière réunion le mercredi 16 décembre à 17h30 en fin de notre réunion mensuelle de CE, soit moins de 24h avant le déclenchement de notre grève. Ayant notre cher directeur en face de nous des 10h du matin ce même jour, nous avons décidé de ne pas commencer cette réunion de CE et partir sur les NAO.

Et là encore quelle fût notre surprise, notre cher patron, nous dit qu’après une nuit de réflexion il décide de nous donner 1 % au premier janvier, alors qu’il partait sur 0,4 % au 1er juillet ? ? ?

Mais attention il fallait arrêter la grève, sinon nous repartions à zéro ! ! !

Après une suspension de séance de plus d’une heure, et la consultation des camarades présents, ou par téléphone, nous avons décidé de prendre ces 1 % en évitant aux copains de perdre plusieurs jours de grève.

Je sais que certains auraient aimé faire la grève, mais il faut savoir que le combat est loin d’être terminé, et que les occasions de se battre ne vont pas diminuer.

Le tous ensemble reste d’actualité, car si nous avons réussi à le faire reculer c’est bien grâce à vous et votre engagement dans les urnes.

                                                                                            Bonnes fêtes à tous

                                                                                                          Vos élus CGT 

Manifestation du 8 octobre en images

Le 8 octobre, 800 personnes ont défilé à Nancy pour dénoncer la régression et  les injustices sociales opérées à l’encontre des salariés, retraités et des privés d’emploi.

La multiplication des attaques contre la protection sociale, la santé, l’éducation, le code du travail, l’emploi et les salaires les a incités à battre le pavé pour exprimer leur colère.

Cette même colère qui monte progressivement face à la stigmatisation et la tentative de marginalisation des syndiqués et des salariés en lutte pour sauver leurs emplois.

Non, nous n’accepterons pas cette situation comme une fatalité

Non, nous ne serons pas soumis, non, nous ne serons pas dociles.

Le langage de la lutte et du combat sera le nôtre car c’est le seul langage qui permettra d’inverser la situation actuelle.

Pour voir la vidéo de la manifestation, Cliquez ici

Journée de mobilisation interprofessionnelle 8 octobre 2015

Dans un contexte politique et économique très tendu, fait de beaucoup d’incertitudes dans le monde du travail et où sévit une véritable violence sociale, ce premier rendez-vous d’actions interprofessionnelles unitaire de la rentrée donne de l’espoir aux salariés, aux retraités, et à la jeunesse.

A Nancy, nous étions 800 personnes à manifester.

160 rassemblements et manifestations dans tout le pays réunissant 100 000 personnes.2015-10-08 13.54.59

Ce rendez-vous revendicatif s’ajoute aux multiples luttes locales pour l’emploi, les salaires, les conditions de travail. Sans conteste, ce 8 octobre résonne comme un démenti à tous ceux qui prônent la fatalité et la résignation.

Tous en grève le 9 avril

 Pour lutter contre cette politique d’austérité qui précarise de plus en plus les salariés, les chômeurs, les retraités et la jeunesse et contre les choix des gouvernements successifs qui continuent à dérouler un tapis rouge devant le MEDEF, les actionnaires et les banques, une seule solution, LA RUE !

Tous ensemble le 9 avril pour dénoncer ces injustices à l’encontre des plus démunis et les attaques contre le monde du travail. Faisons de cette date un évènement d’ampleur.

affiche grève du 9 avril