Construisons la mobilisation dès aujourd’hui : Planning des actions du mois d’avril

Dès avril, construisons le « Tous ensemble » pour faire gagner nos revendications et mettre un coup d’arrêt à la politique du gouvernement et du patronat !

Le mouvement social qui est en train de naitre en ce moment porte en lui beaucoup d’espoir pour toutes celles et ceux qui veulent riposter face à l’entreprise de démolition mise en œuvre par Macron, son gouvernement et le patronat. Si dès le 3 avril, les cheminots ouvrent la voie, ils ne sont pas seuls à entrer dans la bataille. Une véritable dynamique de convergence des luttes se met en place, qu’il faut dès maintenant renforcer.

Afin de mobiliser toutes les énergies et élargir le mouvement pour construire la grève du 19 avril prochain, à l’appel de la CGT, et envisager les suites nécessaires, un programme d’actions de mobilisation a été établi avec l’UD, des ULs et les cheminots.

L’Union locale CGT de Nancy appelle l’ensemble des syndicats et des syndiqués de son périmètre à participer aux différentes actions :

6 AVRIL  : Journée départementale de déploiement avec distribution massive de la vrai info et du tract départemental appelant à la mobilisation du 19 avril. Distribution à 7h00 Place de la République. Suivi de la soirée du Printemps de l’UL en défense de nos locaux à partir de 18h30

13 AVRIL : Assemblée Générale des syndicats CGT de l’UL de Nancy vers 17h30 avec expression des cheminots. Suivi de la soirée du Printemps de l’UL en défense de nos locaux à partir de 18h30

14 AVRIL : Diffusion de tracts sur les marchés le matin. Barbecue avec les cheminots à 12h et distribution massive de tracts pour le 19 avril à CORA Houdemont à partir de 14h00 (départ en convoi lent)

19 AVRIL : Manifestation départementale à Nancy 12h30 BBQ Place Simone Veil (ex place Thiers), Déépart de la manif à 14h30 du parvis de la Gare. Une action spécifique pour la défense de l’UL sera organisée.

20 AVRIL : Assemblée Générale Interprofessionnelle des syndicats CGT du périmètre dde l’UL pour envisager les suites de la mobilisation et les actions à mener pour l’ amplifier. Suivi de la soirée du Printemps de l’UL en défense de nos locaux à partir de 18h30 qui sera consacrée à Mai 68.

Les journées nationales de mobilisation depuis le début de l’année, celle des EHPAD et de l’aide à domicile du 30/01, suivi de celle du 15/03 avec les retraités et de nouveau les salarié-e-s des EHPAD, les étudiants et lycéens, puis celle du 22/03 avec les fonctionnaires, les cheminots et d’autres secteurs, ont été des réussites qui en appellent d’autres.

En février ce ne sont pas moins de 98 journées d’actions sectorielles et locales au niveau départemental ou régional qui ont eu lieu à travers tout le pays viennent renforcer ce tableau : les luttes sont très nombreuses dans les entreprises privées et les services publics. Elles mettent en lumière la combativité des salarié-e-s et elles renforcent l’impression de lutte en voie de généralisation : Carrefour le 31 mars contre le plan de licenciement, qui a été une mobilisation historique (20.000 grévistes, 450 magasins touchés dont certains bloqués), mais aussi à Praxair, à Presstalis, PagesJaunes, imprimerie Sego, Delifresh, Dresser, Lisi Creuzet, Crédit-Mutuel Laco,
traminots de Forbach, hôpital Psy de Saint-Etienne du Rouvray, CHU d’Angers… Sans oublier Mayotte en grève générale depuis plus d’un mois.

Dès le 3 avril, les cheminots ne seront pas seuls : Air France à l’appel de l’intersyndicale sera aussi en grève et remettrons ça le 7 mars. C’est la date aussi du début de la grève de trois mois des électriciens et gaziers à l’appel de la fédération CGT Mines –Energie, faite de temps forts et de participations aux mobilisations interpro ou catégorielles. Les salariés du secteur de la collecte des déchets (public et privé) sont appelés aussi dès le 3 avril à la grève illimitée par les fédérations du transport et des services publics. La fédération de la santé-action sociale appelle les salariés des établissements privés de santé à des débrayages sur leurs problématiques locales et ceux du public le 9 mars concernant les urgences ainsi que la protection de l’enfance.Des appels à la mobilisation ont lieu aussi dans l’Education nationale (Val d’Oise, Calvados).

Le 4 avril, les salariés de France Télévision sont appelés à la grève. Dans de nombreux départements les postiers sont déjà en lutte un peu partout en France tout comme de nombreux hôpitaux. La fédération CGT des organismes sociaux appelle l’ensemble de ses syndicats à se joindre au mouvement social en déposant des préavis de grève pour participer aux différentes mobilisations et bien sûr faire du 19 avril une réussite. La fédération CGT Finances (en intersyndicale avec Solidaires et FO) a déjà annoncé que, suite à la réussite de la grève du 22 mars, elle comptait inscrire leur combat dans la durée. L’interfédérale CGT de la fonction publique, avec l’intersyndicale large du 22 mars, a d’ores et déjà annoncé vouloir faire du mois d’avril un mois d’actions ayant pour objectif de construire dès le mois de mai une période de grèves massives. Celle de la construction-bois-ameublement appelle à faire du mois d’avril un mois de lutte et de participer à la mobilisation du 19 avril…

Et n’oublions pas les étudiants, dont leur lutte contre la sélection se renforce malgré la répression policière et les multiples attaques de groupuscules fascistes, avec une quinzaine de facs occupées, dont celle de Lettres et Sciences humaines de Nancy. Les avocats sont eux aussi en grève au moins jusqu’au 11 avril.

Alors, resterons-nous sur le quai de la résignation sociale…

ou prendrons-nous tous ensemble, dès avril, le train de la mobilisation interprofessionnelle, avec les secteurs dèjà mobilisés ?

Le conseil d’administration de l’université de Lorraine s’entête malgré la décision du conseil d’ état. Mobilisons-nous !

Après cinq années de procédure, le Conseil d’État a donné raison le 8 novembre 2017 à nos trois syndicats (CGT Ferc Sup – FO – FSU) en rejetant le pourvoi de l’université de Lorraine : le Conseil d’Etat confirme l’annulation de la décision du conseil d’administration de l’université de Lorraine du 20 novembre 2012 relative au temps de travail des personnels BIATSS.

Avant tout chose, BIATSS c’est quoi ?

Derrière cet acronyme, il y a un ensemble de fonctions et de personnels de la Fonction publique composés de :

 

  •  pour la filière Bibliothèques
  • I  pour les Ingénieurs
  •  pour la filière Administratifs
  • T  pour les personnels Techniques
  • SS  pour Sociaux et de Santé (médecins, infirmiers, assistants sociaux)
Le service des personnels BIATSS ou DRH-2 gère la carrière administrative et financière des personnels (titulaires et contractuels) administratifs, techniques et de bibliothèques qui appartiennent à trois filières différentes :
– l’Administration Education Nationale et l’Enseignement Supérieur (A.E.N.S)
– les Ingénieurs Techniques, administratifs de Recherche et Formation (ITRF)
– les Personnels de Bibliothèques (B.I.B)

MOBILISATION

Temps de travail BIATSS à l’université de Lorraine

Maintenant c’est INDEMNISATION !

Pour mémoire, en 2012, au moment de la fusion des quatre universités lorraines en une seule, des négociations « harmonisation RH » avaient eu lieu avec les représentants syndicaux. Contre l’avis du CT, et sans consulter le CHSCT, le président avait décidé (et fait voter par le CA) que tous les personnels BIATSS allaient travailler 36h40 par semaine alors que plus de la moitié d’entre eux (environ 1500 personnes) travaillaient 35h depuis 2002. C’est cette délibération qui vient d’être annulée par la justice.

Aujourd’hui, nous continuons la procédure, et en particulier, nous demandons au président :

– de faire annuler le règlement de gestion du temps de travail de juin 2013, pris sur le fondement de la décision annulée

– d’indemniser les personnels BIATSS exUPVM et exNancy 2 pour les heures travaillées en trop depuis septembre 2013 : 1h40 de travail en trop par semaine depuis plus de quatre ans !

 

Les personnels indemnisables iront déposer tous ensemble et en main propre, accompagnés par les syndicats,  leur courrier de demande d’indemnisation à la présidence ce vendredi 12 janvier.

                                                         Les rendez-vous sont à 11H30 :      

– devant la présidence de l’université de Lorraine Cours Léopold à Nancy
– devant la maison de l’université de Lorraine au Saulcy à Metz

Contact : cgt-info@univ-lorraine.fr – 06 86 90 19 59

Cliquez ici pour lire l’appel à mobilisation de l’intersyndicale

LES JEUDIS D’ACTION – MOBILISATION CONTRE LA CASSE DU CODE DU TRAVAIL

Dans le cadre des jeudis d’Action, une distribution de tracts contre la casse du Code du travail et la mobilisation du 12 septembre prochain est prévue :

Le jeudi 13 juillet 2017 au matin

à 7h30 à Mouzimpré

Pour lire le tract, cliquez ici : TRACT APPEL AU 12 SEPTEMBRE

Nos camarades de Goodyear risquent 9 mois de prison ferme, tous avec nous à Amiens le 19 octobre, inscrivez-vous dès maintenant !

8-de-goodyear

L’Union locale CGT de Nancy organise la montée à Amiens le 19 octobre.

Toutes et tous à Amiens !

Pour la défense de nos camarades de Goodyear et les libertés syndicale

Contre la répression du mouvement syndicale et sociale

Et pour continuer la lutte contre toute la politique du gouvernement et du patronat

8 de Nos camarades de la CGT Goodyear vont passer à nouveau devant le juge, en appel, le 19 et 20 octobre prochain. Ils ont été condamnés en première instance à plusieurs mois de prison ferme.

C’est intolérable ! Allons-nous accepter que des camarades risquent la prison pour avoir défendu leurs emplois ? Dans ce contexte répressif contre les militants du mouvement social, en particulier s’ils sont à la CGT, de véritable chasse aux sorcières contre tout salarié qui relève la tête, après eux ça sera à qui le tour ?

La répression est l’autre face de la politique antisociale du gouvernement au service des capitalistes. Ce battre au côté de tous les camarades ayant à faire face à la répression et créer les conditions du rapport de force, c’est aussi continuer le combat contre l’ensemble de la politique du gouvernement et du patronat, contre les licenciements, les bas-salaires, la dégradation des conditions de travail… c’est aussi continuer la mobilisation contre la loi travail et les autres lois de régression sociale.

La Confédération appelle à deux jours de grève (http://cgt.fr/Communique-commun-de-la-CGT-de-l-43851.html) afin qu’un maximum de camarades puissent participer aux actions à Amiens.

Un car sera affrété pour le voyage. Nous vous appelons à diffuser l’information dans vos syndicats et à discuter.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui auprès de l’UL par téléphone (03.83.32.20.14) ou par mail (ulcgt-ncy@wanadoo.fr), ou via l’évènement facebook de la page de l’UL, avant le mardi 12 octobre.

Nous mettons tout en œuvre pour que le voyage soit gratuit pour les camarades de la CGT qui veulent, par leur participation, montrer leur détermination contre ces attaques insupportables ainsi que leur soutien actif à nos camarades.

C’est pourquoi nous appelons les syndicats et les structures syndicales à participer dans la mesure du possible au coût du voyage. Pour cela, contacter l’UL.

Pour les camarades qui ne sont pas à la CGT, la participation aller-retour est de 30 euros.

Les camarades de la CGT Goodyear insistent pour que nous soyons le plus tôt possible à Amiens le 19 octobre. Ils appellent à la mobilisation dès 8h00 du matin dès l’ouverture du tribunal, afin que le procureur, les juges soient témoins de visu de la mobilisation.

Départ du car à Nancy : 3h00 du matin, au niveau de la porte Sainte-Catherine

Heure de retour à Nancy : vers 20h00

Coup de propre chez TFN (entreprise de nettoyage), un nouveau combat gagné grâce à la mobilisation !

Les  salariés de la propreté de l’entreprise TFN à Fléville (dans l’agglo de Nancy)se sont rassemblés le 3/10 devant leur entreprise, soutenus en cela par des salariés solidaires d’autres entreprises de nettoyage et des représentants de l’UL. Ce débrayage avait pour objectif de contraindre la direction à solutionner  dans la semaine 51 dossiers en souffrance (salaires ou heures supplémentaires impayés, dossier d’arrêt maladie non-traité, etc.) de salariés .La CGT dénonce dans le même temps les salaires et primes reçus par la direction et les dirigeants de l’entreprise pendant que les salariés  grèvent dans la misère.

La lutte et le rapport de force paie….la direction a réglé certains dossiers dans l’après-midi, un plan d’action a été décidé pour solutionner les autres avec une date butoir au 17 octobre.

La CGT restera vigilante afin que les paroles soient suivies d’actes !

 tfn2

tfn