Le 11/01/2017 : Jugement inique contre nos camarades de Goodyear !

6 camarades de l’UL de Nancy se sont déplacés le 11 janvier pour soutenir les 8 de Goodyear bafoués dans leurs droits et leurs actions revendicatives et qui passaient de nouveau en jugement au tribunal d’Amiens.

Nos camarades de Goodyear ont été lourdement condamnés sauf un qui a obtenu la relaxe. Pour les autres c’est plusieurs mois de prison avec sursis (jusqu’à 12) assorti de 5 ans de mise à l’épreuve et inscription sur le casier judiciaire B2.

Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

C’est un jugement honteux par une justice aux ordres chargée de détruire les militants CGTqui osent s’opposer et veulent défendre leurs emplois.

Le message du gouvernement et de l’appareil d’Etat est simple :

« Lutter est dangereux, courbez l’échine et accepter docilement la casse sociale, le chomâge et l’injustice « 

Quelle grave erreur !  De telles décisions de justice partiales et dirigées ne font que renforcer notre détermination à nous battre et à lutter pour défendre nos droits et en conquérir de nouveaux.

IMG_5049IMG_5052

IMG_5063IMG_5060

                                17

Pour écouter l’intervention de Mickael Wamen après la décision du juge, cliquez ici

Pour voir la vidéo sur l’acharnement judiciaire contre les Goodyear, cliquez ici

RELAXE POUR LES GOODYEAR ! Avec l’UL pour soutenir nos camarades le 11 janvier

L’Union locale CGT de Nancy organise la montée à Amiens le 11 janvier

L’Union locale CGT de Nancy continue de soutenir les camarades de Goodyear. Le jugement du tribunal sera rendu le mercredi 11 janvier à Amiens.

Nous organisons le déplacement par covoiturage. Le départ sera tôt dans la matin (horaire encore à définir)

Pour l’inscription contacter immédiatement l’UL au 03/83/32/20/14 en indiquant si vous disposez d’un véhicule et le nombre de place disponible, ainsi que si vous avez des impératifs horaires pour le retour.

Toutes et tous à Amiens !

Pour la relaxe pure et simple de nos camarades de Goodyear.

Contre la répression du mouvement syndicale et sociale

Et pour continuer la lutte contre toute la politique du gouvernement et du patronat

goodyear

 

Soutien aux 8 de Goodyear : La vidéo !

L’UL CGT de Nancy, en soutien à leurs camarades de Goodyear injustement trainés devant les tribunaux, a affrété et partagé un bus avec des militants de l’UL CGT de Longwy. Manifestation devant le tribunal d’Amiens, témoignages et interventions à  la tribune, stands militants et concerts ont  ponctué  une journée solidaire contre la criminalisation de  l’activité syndicale et contre les attaques en direction du monde du travail.

NOUS SOMMES DES SYNDICALISTES PAS DES VOYOUS ! ! !

 

Nos camarades de Goodyear risquent 9 mois de prison ferme, tous avec nous à Amiens le 19 octobre, inscrivez-vous dès maintenant !

8-de-goodyear

L’Union locale CGT de Nancy organise la montée à Amiens le 19 octobre.

Toutes et tous à Amiens !

Pour la défense de nos camarades de Goodyear et les libertés syndicale

Contre la répression du mouvement syndicale et sociale

Et pour continuer la lutte contre toute la politique du gouvernement et du patronat

8 de Nos camarades de la CGT Goodyear vont passer à nouveau devant le juge, en appel, le 19 et 20 octobre prochain. Ils ont été condamnés en première instance à plusieurs mois de prison ferme.

C’est intolérable ! Allons-nous accepter que des camarades risquent la prison pour avoir défendu leurs emplois ? Dans ce contexte répressif contre les militants du mouvement social, en particulier s’ils sont à la CGT, de véritable chasse aux sorcières contre tout salarié qui relève la tête, après eux ça sera à qui le tour ?

La répression est l’autre face de la politique antisociale du gouvernement au service des capitalistes. Ce battre au côté de tous les camarades ayant à faire face à la répression et créer les conditions du rapport de force, c’est aussi continuer le combat contre l’ensemble de la politique du gouvernement et du patronat, contre les licenciements, les bas-salaires, la dégradation des conditions de travail… c’est aussi continuer la mobilisation contre la loi travail et les autres lois de régression sociale.

La Confédération appelle à deux jours de grève (http://cgt.fr/Communique-commun-de-la-CGT-de-l-43851.html) afin qu’un maximum de camarades puissent participer aux actions à Amiens.

Un car sera affrété pour le voyage. Nous vous appelons à diffuser l’information dans vos syndicats et à discuter.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui auprès de l’UL par téléphone (03.83.32.20.14) ou par mail (ulcgt-ncy@wanadoo.fr), ou via l’évènement facebook de la page de l’UL, avant le mardi 12 octobre.

Nous mettons tout en œuvre pour que le voyage soit gratuit pour les camarades de la CGT qui veulent, par leur participation, montrer leur détermination contre ces attaques insupportables ainsi que leur soutien actif à nos camarades.

C’est pourquoi nous appelons les syndicats et les structures syndicales à participer dans la mesure du possible au coût du voyage. Pour cela, contacter l’UL.

Pour les camarades qui ne sont pas à la CGT, la participation aller-retour est de 30 euros.

Les camarades de la CGT Goodyear insistent pour que nous soyons le plus tôt possible à Amiens le 19 octobre. Ils appellent à la mobilisation dès 8h00 du matin dès l’ouverture du tribunal, afin que le procureur, les juges soient témoins de visu de la mobilisation.

Départ du car à Nancy : 3h00 du matin, au niveau de la porte Sainte-Catherine

Heure de retour à Nancy : vers 20h00

9 mois de prison ferme, pas question ! Soutenons nos camarades de Goodyear à Amiens le 19 et 20 octobre

                          Nancy, le 30 septembre 2016

Toutes et tous à Amiens !

Pour la défense de nos camarades de Goodyear et les libertés syndicale

Contre la répression du mouvement syndicale et sociale

Et pour continuer la lutte contre toute la politique du gouvernement et du patronat

8 de Nos camarades de la CGT Goodyear vont passer à nouveau devant le juge, en appel, les 19 et 20 octobre prochain. Ils ont été condamnés en première instance à plusieurs mois de prison ferme.

C’est intolérable ! Allons-nous accepter que des camarades risquent la prison pour avoir défendu leurs emplois ? Dans ce contexte répressif contre les militants du mouvement social, en particulier s’ils sont à la CGT, de véritable chasse aux sorcières contre tout salarié qui relève la tête, après eux ça sera à qui le tour ?

La répression est l’autre face de la politique antisociale du gouvernement au service des capitalistes. Se battre au côté de tous les camarades ayant à faire face à la répression et créer les conditions du rapport de force, c’est aussi continuer le combat contre l’ensemble de la politique du gouvernement et du patronat, contre les licenciements, les bas-salaires, la dégradation des conditions de travail… c’est aussi continuer la mobilisation contre la loi travail et les autres lois de régression sociale.

La Confédération appelle à deux jours de grève (voir le communiqué ci-dessous ou ici http://cgt.fr/Communique-commun-de-la-CGT-de-l-43851.html), afin qu’un maximum de camarades puissent participer aux actions à Amiens.

L’Union locale CGT de Nancy organise la montée à Amiens le 19 octobre.

Un car sera affrété pour le voyage. Nous vous appelons à diffuser l’information dans vos syndicats et à en discuter.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui auprès de l’UL par téléphone ou par mail et avant le mardi 12 octobre. Nous prendrons contact la semaine prochaine avec les syndicats afin de faire le point avec vous sur les inscriptions.

Nous mettons tout en œuvre pour que le voyage soit gratuit pour ceux qui veulent, par leur participation, montrer leur détermination contre ces attaques insupportables ainsi que leur soutien actif à nos camarades.

C’est pourquoi nous appelons les syndicats et les structures syndicales à participer dans la mesure du possible au coût du voyage. Pour cela, contacter l’UL.

 

Les camarades de la CGT Goodyear insistent pour que nous soyons le plus tôt possible à Amiens le 19 octobre. Ils appellent à la mobilisation dès 8h00 du matin.

Départ du car à Nancy :

3h00 du matin, au niveau de la porte Sainte-Catherine

Départ d’Amiens : 15h00

Heure de retour à Nancy : vers 20h00

 

Communiqué commun de la CGT, de l’Union départementale de la Somme, de la Fédération CGT FNIC et du syndicat CGT Goodyear

Pas de conquêtes sociales sans les libertés syndicales

RELAXE POUR LES 8 syndicalistes de GOODYEAR
Journée de mobilisation et de grève, les 19 et 20 Octobre 2016

 

Les 19 et 20 octobre prochains, 8 militants CGT de GOODYEAR sont convoqués devant la Cour d’Appel d’Amiens. Ils ont été condamnés à 24 mois de prison dont 9 mois fermes assortis d’une mise à l’épreuve de 5 ans pour avoir défendu leurs emplois et ceux de leurs collègues.

Cette procédure judiciaire a été enclenchée par le Procureur de la République d’Amiens alors même que la direction de Goodyear avait retiré sa plainte.

Le gouvernement porte une forte responsabilité dans la criminalisation de l’action syndicale. Cela confirme nos craintes depuis la promulgation de l’état d’urgence, sur le respect des libertés individuelles et collectives fondamentales.

La longue liste des militants de la CGT convoqués devant les tribunaux est dramatique. Aucun citoyen attaché aux valeurs de la République ne peut accepter la criminalisation de l’activité syndicale notamment à l’heure où la financiarisation de l’économie ne cesse d’attaquer de plein fouet les conditions de travail et de vie au travail de la population tant en France qu’au niveau mondial.

Ce sont les fondements mêmes de notre démocratie qui sont atteints lorsque les libertés syndicales sont attaquées avec une telle violence.

Face à cette volonté clairement affichée de criminalisation des militants syndicaux, la CGT invite l’ensemble de ses organisations à continuer de prendre les différentes initiatives permettant d’assurer la plus large mobilisation possible pour les 19 et 20 octobre 2016 à Amiens.

Comme elle l’a déjà annoncé, la CGT a décidé de faire de la journée du 19 octobre un temps fort de sa campagne pour les libertés syndicales. C’est pourquoi elle rappelle la nécessité d’être le plus nombreux possible devant le tribunal d’Amiens pour exprimer un soutien aux 8 de Goodyear mais aussi à l’ensemble des militants concernés par ces procédures judiciaires scandaleuses et indignes d’une démocratie.

Montreuil, le 29 septembre

Pour vous convaincre, écoutez la vidéo suivante :Intervention de Mickaël Wamen à Bobigny

Nancy : manifestation pour la relaxe de salariés de Goodyear

Nancy : manifestation pour la relaxe de salariés de Goodyear

 

Les drapeaux de la CGT sont visibles de loin. La sono d’un vieux camion diffuse « Je rêvais d’un autre monde » sous une pluie battante. Imperturbables malgré les bourrasques, des dizaines de personnes se blottissent entre deux arrêts de la place de la République. Deux courageux déploient une banderole sur laquelle on peut lire : « Pas de militants condamnés pour activité syndicale ». Une pétition « Nous sommes tous des Goodyear » circulent dans les rangs. Sale temps pour les « délégués syndicaux » selon Sandrine Sonrel, secrétaire de l’espace revendicatif à l’UD 54 : « On est pris à partie pour un oui un non »

year

Quelque 400 de personnes se sont rassemblées place de la République avant de défiler en ville, répondant à l’appel de la CGT. Une action nationale. La plupart viennent d’ailleurs des différentes « UD » (Union départementale) de Lorraine.

Condamnés alors qu’ils « luttaient contre la fermeture de leur usine », les Goodyear » ne sont que « la partie émergée de l’iceberg ». Denis Schnabel du comité régional de la CGT déplore une recrudescence des « atteintes aux libertés syndicales depuis une dizaine d’années » : « L’état d’urgence et le risque de sa constitutionnalisation renforcent nos inquiétudes ». Delphine Rouxelle de l’UD des Vosges évoque « des dizaines de cas » dans son département : des « licenciements abusifs, des sanctions, des rétrogradations… Les camarades sont facilement poursuivis pour des tracts jugés diffamatoires. C’est insidieux : ça peut se manifester par l’absence de local syndical par exemple ou de manière indirecte. Récemment, des intérimaires qui travaillaient depuis longtemps pour une entreprise se sont fait embaucher. Tous sauf un, le fils d’un délégué CGT connu, comme par hasard »

Une délégation a été reçue en préfecture.

Pour lire l’article paru dans l’Est Républicain, cliquez ci-après : Nancy est républicain

12688347_518622191679981_4719083422677016074_n