Fin de conflit à STORENGY !

Pour lire le tract, cliquez ici : Fin de conflit à Storengy

Le 28 janvier 2019, des échanges entre les négociateurs CGT et la Direction de Storengy SA aboutissent sur un protocole de fin de conflit. Des
négociations que les salariés grévistes ont décidés de ne pas mettre sous contrainte, ce qui n’est pas le cas du Groupe qui impose au DG de
Storengy un ultimatum avant de le dessaisir de cette gestion sociale.
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir enfin fait respecter un des engagements de la Direction dans le protocole
de 2017, les RPC E-M et l’ouverture en 2019 d’un accord RPCE-M. Le versement moyen au titre de 2018 interviendra sur paye de mars, sera de
650 euros.
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que la direction s’engage enfin sur l’emploi, la formation, l’alternance, la GPEC
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir gagné 275 NR dans l’accord AIC en lieu et place des 200 proposés par la
Direction
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, la socialisation de la part fixe de la PSI converti en NR, soit 429 NR. Et la revalorisation
de 10% de la part variable
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que les plus bas salaires, soit les NR inférieurs ou égaux au NR 95 bénéficient d’un
NR supplémentaire au titre de la conversion de la part fixe de la PSI, soit 23 NR
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que les postes vacants soient pourvus au premier trimestre 2019 auxquels
s’ajouteront 22 publications en doublon
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir gagné à minima 2NR, hors contingent, dans le cadre d’une mutation
géographique (art.30) sans prise de GF
Les agents grévistes et la CGT dénoncent l’attitude du groupe quant à criminaliser le mouvement social et cette prise en otage avec une mise
sous contrainte les négociations.
La lutte et les revendications des agents, portées par la CGT restent toutes légitimes. Chacun peut sortir la tête
haute malgré la surdité de l’actionnaire à reconnaitre l’engagement, le professionnalisme des agents …
Les grévistes réunis en AG consultés par la CGT, lui ont donné mandat afin de signer le protocole de fin de conflit
Le mouvement social engagé le 14 janvier 2019 prend fin ce jour à midi.
Le point principal des revendications, l’augmentation de salaire, sera resté lettre
morte et chacun dans son quotidien en tirera les enseignements.
La revendication n’est pas ubuesque, elle est toujours à la portée de l’entreprise et de
l’actionnaire.
Le professionnalisme et la conscience professionnelle sont sans limite MAIS désormais
l’actionnaire et l’entreprise devront composer avec leurs décisions, le servage c’est
terminé !!!
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir enfin fait respecter un des engagements de la Direction dans le protocole
de 2017, les RPC E-M et l’ouverture en 2019 d’un accord RPCE-M. Le versement moyen au titre de 2018 interviendra sur paye de mars, sera de
650 euros.
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que la direction s’engage enfin sur l’emploi, la formation, l’alternance, la GPEC
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir gagné 275 NR dans l’accord AIC en lieu et place des 200 proposés par la
Direction
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, la socialisation de la part fixe de la PSI converti en NR, soit 429 NR. Et la revalorisation
de 10% de la part variable
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que les plus bas salaires, soit les NR inférieurs ou égaux au NR 95 bénéficient d’un
NR supplémentaire au titre de la conversion de la part fixe de la PSI, soit 23 NR
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, que les postes vacants soient pourvus au premier trimestre 2019 auxquels
s’ajouteront 22 publications en doublon
Les agents grévistes et la CGT peuvent mettre à leurs actifs, d’avoir gagné à minima 2NR, hors contingent, dans le cadre d’une mutation
géographique (art.30) sans prise de GF
Les agents grévistes et la CGT dénoncent l’attitude du groupe quant à criminaliser le mouvement social et cette prise en otage avec une mise
sous contrainte les négociations.
La lutte et les revendications des agents, portées par la CGT restent toutes légitimes. Chacun peut sortir la tête
haute malgré la surdité de l’actionnaire à reconnaitre l’engagement, le professionnalisme des agents …
Les grévistes réunis en AG consultés par la CGT, lui ont donné mandat afin de signer le protocole de fin de conflit
Le mouvement social engagé le 14 janvier 2019 prend fin ce jour à midi.