Rassemblement devant l’ARS ce lundi 22 octobre 2018 !

Publiée par Union locale CGT de Nancy et ses environs sur Lundi 22 octobre 2018

Publiée par Union locale CGT de Nancy et ses environs sur Lundi 22 octobre 2018

 

 

Manifestation du 18 octobre – Nos pensions et retraites en danger !

Environ 400 personnes ont manifesté aujourd’hui pour défendre les pensions et les retraites

Suite rassemblement intersyndical du 18.10.18 place maginot Nancy.

Publiée par Amar Shili sur Jeudi 18 octobre 2018

 

Mobilisation Générale ! Nos pensions et retraites en danger ! ! ! ! ! !

Appel à un rassemblement devant l’ARS le 22 octobre

Pour lire le tract, cliquez ici : Toutes et tous à l’ARS le 22 octobre

Nancy, le 16 octobre 2018

Appel à un rassemblement devant l’ARS

A l’occasion d’une réunion à l’Agence Régionale de la Santé (ARS) avec les députés et sénateurs de nos circonscriptions, les syndicats en lutte contre la suppression de 400 postes à l’hôpital de Nancy et contre la casse de la santé publique, appellent à se rassembler devant l’ARS à 9h30 le lundi 22 octobre.

La CE de l’Union Locale réunie ce jour appelle l’ensemble des syndicats de notre périmètre à venir soutenir et renforcer nos camarades et agents de l’hôpital. La santé publique est l’affaire de toutes et tous car nous sommes toutes et tous des patients en puissance. Un système de santé publique, de qualité, donc avec le nombre de personnels et de moyens suffisants pour répondre aux enjeux, est aussi notre combat.

Toutes et tous à l’ARS

Lundi 22 octobre à 9h30

3 boulevard Joffre à Nancy (à côté de la CPAM)

 

Pour l’Union locale CGT de Nancy

Yann Venier

Secrétaire Général

C’est à l’Etat de financer le CHRU !

C’est à l’Etat de financer le CHRU !

Oui, la situation du CHRU est grave !

Elle est grave, pour nous qui travaillons au CHRU comme pour les patients que nous avons à prendre en charge dans des conditions de plus en plus difficiles.

Prenant prétexte du déficit cumulé de 290 millions et un endettement de 400 millions d’euros, le gouvernement et l’ARS menacent de ne pas débloquer des crédits au CHRU si nous ne faisons pas de nouveaux efforts : encore 400 postes au minimum à supprimer d’ici 2022 (c’est demain), encore des fermetures de lits.

Mais nous n’arrêtons pas de faire des efforts ! Cela fait des années que nous subissons des réorganisations censées sortir le CHRU de cette situation… pour s’entendre dire aujourd’hui par la direction que « du fait de 13 ans de déficits successifs, le déficit cumulé est important et impacte notre trésorerie » !

Nous ne sommes pas responsables de cette situation !

Si difficultés financières il y a, elles proviennent du seul fait que les hôpitaux publics ne sont plus financés par l’Etat. Depuis 2004 la T2A (Tarification A l’Activité) est appliquée, imposant à chaque hôpital de se financer par son activité. Comme si un service public comme l’hôpital pouvait être rentable !

Et, comme chaque année les remboursements des actes sont revus à la baisse par tous les gouvernements qui se sont succédés, les hôpitaux courent après leur déficit à coups de plans de retour à l’équilibre sans le rattraper.

Tous les établissements hospitaliers se sont alors retrouvés en déficit. Pour financer leurs déficits ils se sont tous endettés, pour le plus grand profit des banques qui s’enrichissent maintenant sur l’hôpital en lui faisant payer des intérêts.

C’en est trop : trop d’efforts, trop de mensonges !

En septembre nous avons été plusieurs centaines à manifester au CHRU. Il y a bien longtemps qu’on n’avait pas été si nombreux, toutes catégories unies dans la même action.

Le gouvernement a entendu notre protestation, mais cela ne suffira évidemment pas à le faire changer de politique. Il faut poursuivre et amplifier la mobilisation !

Avec le soutien des agents du CHRU, de la population, et des autres hôpitaux,

Refusons qu’on détruise nos conditions de vie !

Refusons qu’on détruise l’hôpital !

De l’argent il y en a : l’argent des impôts doit servir à financer l’hôpital.

Le 22 octobre 2018 le directeur de l’ARS a donné rendez-vous aux députés et sénateurs de Meurthe et Moselle à 10h pour évoquer la situation de notre hôpital.

PROFITONS DE CETTE DATE POUR FAIRE ENTENDRE NOTRE DESACCORD ET NOTRE COLERE !

RENDEZ-VOUS LE 22 OCTOBRE A 9H30

DEVANT L’AGENCE REGIONALE DE SANTE

3 boulevard Joffre à Nancy

Pour lire le tract, cliquez ici : tract 22 octobre 2018

 

Manifestation du 9 octobre 2018 !

En direction de la manif

Publiée par Union locale CGT de Nancy et ses environs sur Mardi 9 octobre 2018

https://www.facebook.com/ulcgtnancy/?__tn__=kC-R&eid=ARBh7NNlwl6WSqnu0ZtUm10Re56qt9gZvWRZttGv9PsPWHf22xAuC-AsWi_-3RiD_etvd7S3lrqSPPSi&hc_ref=ARTDb-R2QZJrSmJajZCrMZdfaD0TW6qvOnhJcNvYJucoN9vLUgocwCUi_g9kJ0NUmDM&__xts__[0]=68.ARBWhsyInVKZycH1pbkZi3ZHEHS7Mc_Y5Q9RM76NxtkziGEg1eA4r3ly5oT0oQyOfg2tpDYYQRqGY6nNSpRlxI4iFNLnbGk3r_PDFIRgyGUTCBIAmRYeiuI9Wadx7zqy93Spqubnp3qeyyqWOqM0G0doz_ywXphzL75qb9MgXSd5NHgdLjNfBg

 2 000 personnes ont manifesté à Nancy, pour cette journée de grève et de manifestations de la rentrée, les manifestants étaient plus nombreux que les fois précédentes. Ceux qui ont tenu à manifester dans la rue, toutes professions confondues, leur opposition à la politique du gouvernement ont eu raison de le faire car ils expriment tout haut ce que pensent bien des travailleurs.

 

Même s’ils ont perdu un peu de leur superbe ces derniers temps, Macron et son gouvernement poursuivront leurs attaques systématiques contre le monde du travail car c’est ce que les capitalistes exigent d’eux pour augmenter leurs profits. La nouvelle réforme des retraites qu’ils préparent vise à reculer encore l’âge de la retraite avec la bénédiction du Medef, et les séances de négociations avec les syndicats n’y changeront rien.

 

Macron et les patrons mènent une vraie guerre sociale. C’est une riposte générale que les travailleurs les plus conscients doivent préparer en sachant que Macron n’est qu’un vulgaire serviteur du grand capital, après Hollande, Sarkozy, etc.